Rage & Serenity : An Ellie Chronicle

Cette année, j’ai souhaité revenir sur ce récit à quatre mains que nous avions écrit en 2010 afin de terminer dignement l’histoire de Lux Aeterna. Du moins, nous pensions que c’était la fin. Quatre auteurs, quelques chapitres seulement mais une dizaine de personnages afin d’illustrer la bataille qui verrait de nombreux mutants et humains s’allier contre un seul homme et son gouvernement de masse. Je me suis longtemps demandée ce qu’Ellie pouvait apporter aux mutants et quelle serait sa fin, bien méritée. De fil en aiguille, c’est devenu un recueil de nouvelles. Voici l’introduction de l’une d’entre elles, consacrée à Ellie Scott : la terroriste insoupçonnée de la résistance.

« Ellie Chronicle » est inspiré par l’oeuvre de John Marsden « Tomorrow, When the War Began ». Le personnage principal est un hommage même à la saga. « Rage and Serenity » provient de la bande originale de X-Men : First Class.

Continue reading « Rage & Serenity : An Ellie Chronicle »

JK Rowling – The Casual Vacancy

Le 27 septembre dernier, J.K. Rowling, sort son premier roman depuis la fin de la saga Harry Potter. Mais cette fois, ce n’est pas pour les enfants qu’elle écrit ces pages mais pour les adultes. Publié chez Little, Brown Book Group, The Casual Vacancy se situe dans une petite ville de l’Angleterre : Pagford. Ce thriller n’est actuellement disponible qu’en anglais.

Little, Brown Book Group est une filiale du groupe Hachette UK depuis 2006.

Lux Aurumque : Bailee, Sakhar & Dixon

« C’est comme si, pour l’inventer, on avait mélangé plusieurs pays dans une machine à laver à 2000 tours par minute et Sakhar est venu au monde. Mais c’est à croire que Dixon peut agir comme il l’entend, rien ne peut lui arriver. Même dans les pires situations, il réussit toujours à s’en sortir. « La Savonnette » on l’appelle affectueusement chez nous. Ceux qui prennent plaisir à faire remarquer l’ironie aiment à rappeler qu’il faut une femme pour lancer la machine. Moi. »

Lux Aurumque : Bailee, Sakhar & Dixon

« C’est comme si, pour l’inventer, on avait mélangé plusieurs pays dans une machine à laver à 2000 tours par minute et Sakhar est venu au monde. Mais c’est à croire que Dixon peut agir comme il l’entend, rien ne peut lui arriver. Même dans les pires situations, il réussit toujours à s’en sortir. « La Savonnette » on l’appelle affectueusement chez nous. Ceux qui prennent plaisir à faire remarquer l’ironie aiment à rappeler qu’il faut une femme pour lancer la machine. Moi. »