Lux Aurumque : Bailee, Sakhar & Dixon

« C’est comme si, pour l’inventer, on avait mélangé plusieurs pays dans une machine à laver à 2000 tours par minute et Sakhar est venu au monde. Mais c’est à croire que Dixon peut agir comme il l’entend, rien ne peut lui arriver. Même dans les pires situations, il réussit toujours à s’en sortir. « La Savonnette » on l’appelle affectueusement chez nous. Ceux qui prennent plaisir à faire remarquer l’ironie aiment à rappeler qu’il faut une femme pour lancer la machine. Moi. »

Lux Aurumque : Bailee, Sakhar & Dixon

« C’est comme si, pour l’inventer, on avait mélangé plusieurs pays dans une machine à laver à 2000 tours par minute et Sakhar est venu au monde. Mais c’est à croire que Dixon peut agir comme il l’entend, rien ne peut lui arriver. Même dans les pires situations, il réussit toujours à s’en sortir. « La Savonnette » on l’appelle affectueusement chez nous. Ceux qui prennent plaisir à faire remarquer l’ironie aiment à rappeler qu’il faut une femme pour lancer la machine. Moi. »

Rage & Serenity : The Catalyst

Cette année, j’ai souhaité revenir sur ce récit à quatre mains que nous avions écrit en 2010 afin de terminer dignement l’histoire de Lux Aeterna. Du moins, nous pensions que c’était la fin. Quatre auteurs, quelques chapitres seulement mais une dizaine de personnages afin d’illustrer la bataille qui verrait de nombreux mutants et humains s’allier contre un seul homme et son gouvernement de masse. Pendant des mois, une image est restée imprimée dans ma tête, celle d’un homme, dans les hauteurs de Baltimore, reprenant toute l’histoire de Lux Aeterna depuis le début. De fil en aiguille, c’est devenu un recueil de nouvelles. Voici l’introduction de l’une d’entre elles, consacrée à Zaan Lareck : l’instigateur de cette guerre sur une vingtaine d’années.
« The Catalyst » est issu d’un titre de Linkin Park, tiré de l’album A Thousand Suns. « Rage and Serenity » provient de la bande originale de X-Men : First Class.
Continue reading « Rage & Serenity : The Catalyst »

Rage & Serenity : The Catalyst

Cette année, j’ai souhaité revenir sur ce récit à quatre mains que nous avions écrit en 2010 afin de terminer dignement l’histoire de Lux Aeterna. Du moins, nous pensions que c’était la fin. Quatre auteurs, quelques chapitres seulement mais une dizaine de personnages afin d’illustrer la bataille qui verrait de nombreux mutants et humains s’allier contre un seul homme et son gouvernement de masse. Pendant des mois, une image est restée imprimée dans ma tête, celle d’un homme, dans les hauteurs de Baltimore, reprenant toute l’histoire de Lux Aeterna depuis le début. De fil en aiguille, c’est devenu un recueil de nouvelles. Voici l’introduction de l’une d’entre elles, consacrée à Zaan Lareck : l’instigateur de cette guerre sur une vingtaine d’années.

« The Catalyst » est issu d’un titre de Linkin Park, tiré de l’album A Thousand Suns. « Rage and Serenity » provient de la bande originale de X-Men : First Class.

Continue reading « Rage & Serenity : The Catalyst »

Ecriture : Les sujets que veulent lire les éditeurs

Dans mes recherches sur l’écriture dite « jeunesse », je suis tombée sur un site d’écriture créative. Très intéressant, il propose quelques exercices pour les auteurs amateurs que certains d’entre nous sommes. Pour d’autres, qui voudraient aller un peu plus loin dans leur apprentissage autodidacte, le site propose des conseils, des règles de rédaction des plus précieuses.

Travaillant actuellement à l’ébauche de « Dystopie », j’ai vraiment dans l’idée de combiner mon apprentissage « L’Histoire Sans Fin » et « Tomorrow, When the War Began » dans un seul et même récit. Ah là, je vous fais mal, hein. Mais je pense pouvoir y arriver. Pour cela, il me faut de la musique et un bon gros carnet d’idées. Certains doivent comprendre à présent pourquoi j’en ai toujours un dans mon sac (celui que Nanou m’a offert !). Après tout, une histoire s’écrit grâce à notre environnement duquel l’on s’inspire ! En tout cas, j’ai trouvé en Shiban le personnage que je voulais conter depuis des années. J’ai toujours cru vouloir écrire pour une héroïne. Ma période « Buffy/Ellie », sûrement. Mais pour des raisons personnelles, le petit garçon a fini par s’imposer à mon esprit. Et j’ai décidé qu’il échapperait à tous les stéréotypes et tous les clichés qu’on pourrait bien lui attribuer ! (du type Harry Potter, par exemple). Mon Shiban n’a pas de pouvoir que celui de rendre l’imagination à ceux qui l’ont perdue.

En tout cas, pour n’importe quel écrivain en herbe parmi vous, je vous recommande ce site, particulièrement intéressant et commenté par de vrais auteurs jeunesse.

www.ecriturecreative.fr